V2V TRIP

Du vignoble du Jurançon aux vignobles de la Californie, traversée d'un océan en cargo et d'un continent en vélo. From Jurançon vineyard to Napa Valley vineyard, through the Atlantic ocean by cargo ship and from New York to San Francisco by bicycle.

From Redwood City (California)
Silicon Valley - July 23rd

Je vous avais promis la fin du récit du séjour à SALINAS. La voici.

Mercredi.
Brenda a organisé la journée de façon à ce que les activités de chacun soient coordonnées au mieux. En partant chez le coiffeur, elle me dépose à CARMEL. Cette petite localité, toute proche de MONTEREY, est une station balnéaire où il y a visiblement beaucoup d'argent. Pour vous donner une idée rapide, c'est un combiné de Biarritz et de Deauville. Toutes les maisons particulières rivalisent de charme et de couleur. Elles sont cernées de jardins fleuris avec beaucoup de goût. Dans la rue principale, qui descend vers la plage, des boutiques originales voisinent les galeries d'art. Pour le flâneur que je suis, c'est un régal. Et oui, contrairement à beaucoup d'hommes, j'aime le shopping! Personne n'est parfait. Je me laisse tenter par une vitrine de savons et produits de bains très originaux où j'achète un cadeau pour mes hôtes.

Brenda me reprend sur la plage à l'heure convenue et, avant de rejoindre Ray qui a rendez-vous chez le docteur, elle me laisse à MONTEREY, sur le port. J'ai quartier-libre pendant quatre heures. J'en profite pour longer la mer et traverser l'ancien quartier des sardiniers qui a été remarquablement restauré et réutilisé après la disparition des conserveries, quand la "ressource" (le poisson) a été épuisée. Très rapidement, je me retrouve à l'aquarium pour une longue visite. Il y a très longtemps que je n'ai pas fréquenté ce genre d'établissement. Celui-ci, dont la plus grande partie est consacrée aux espèces vivant dans la baie, est riche et intéressant. La baie de MONTEREY elle-même a été transformée en sanctuaire marin à l'initiative de David et Lucile Packard, l'industriel et sa femme. David Packard estimait que "the ocean is the most important frontier we have" (l'océan est notre plus importante frontière). C'est également le couple qui a créé la fondation à l'origine de l'aquarium.

C'est une bonne nouvelle: Ray est OK. Ray a été victime d'un infarctus et a subi une très importante opération. Il doit donc se surveiller. Le trio réuni, nous partons pour PACIFIC GROVE, une autre commune de la baie. Comme ça, me dit Brenda, vous aurez visité toute la région. Le bord de mer y est magnifique et encore j'arrive paraît-il un peu tard, après les plus spectaculaires floraisons des parterres qui le bordent.

Jeudi.
Point Lobos, dit un dicton local, est un endroit si beau qu'on peut le photographier à n'importe quelle heure, même la nuit. Ray a choisi de m'y amener le matin, quand la lumière est la plus belle. Ce petit state park de la baie de MONTEREY est un bijou. On peut y observer tout à loisir, très près de la côte, des animaux que nous ne pouvons pas voir par chez nous: l'otarie de Californie et ses aboiements rauques, la loutre de mer du sud qui se laisse flotter dans le lit de varech ou plonge à la recherche de nourriture, beaucoup d'oiseaux qui ont colonisé une île entière. J'ai été personnellement séduit par la beauté exceptionnelle de la forêt de
cyprès de Monterey. Les arbres sont accrochés aux falaises sur lesquelles nous nous promenons. Tordus par le vent et les embruns, ils défendent la terre. Certains spécimens morts sont couverts d'une algue orange ou dressent leur silhouette décolorée et torsadée. Sur le bleu du ciel ou sur un fond de rochers nus c'est superbe.

En parlant incidemment de "travel with Charley" avec Brenda, j'ai appris que SALINAS est la ville natale de John Steinbeck. Au retour de Point Lobos, Rey me propose d'aller manger au centre culturel dédié à l'écrivain. Ce centre abrite un restaurant situé juste en face d'un superbe mural que vous verrez en photo. Après le lunch, Rey me promène en ville pour me montrer la maison natale de Steinbeck, et la bibliothèque.

Voilà tout ce que j'ai découvert avec Brenda et Ray. Vous aurez les photos dès que possible et pourrez juger par vous-mêmes. Dans l'immédiat, je veux vous dire deux mots de ce couple magnifique. Il est très agréable de partager leur vie tant il y a entre eux beaucoup de respect et de tendresse. Ce sont deux caractères qui se complètent à merveille. Ray est un boulimique de la vie. Il veut tout vous montrer, tout expliquer. Passionné de science et de géographie, il sort toujours le document qui vient enrichir une conversation. Il aime beaucoup la nature et dispose d'un stock de cartes impressionnant. Il m'en a donné plusieurs pour finir la route. Par-dessus le marché, c'est un excellent photographe. Ne laissez pas Ray trois minutes pour aller prendre une photo, vous le retrouverez en conversation avec quelqu'un, tant il aime la relation humaine.

Brenda est une femme étonnante. Elle est Sud-Africaine d'origine et comme elle le dit elle-même, n'a pas toujours un comportement américain. Par exemple, avec des parents d'élèves (elle est professeur d'Histoire), elle va discuter longtemps, comme les Africains, plutôt que d'imposer une décision. Comme elle dit, elle est à l'opposé du style two-minutes manager”. Je comprends très bien son Anglais pour deux raisons: elle parle une langue très formelle et très riche, et elle a une élocution remarquable par phrases entières très bien construites. Autant vous dire que dans sa tête, il y a de l'ordre! Les bons plans, ça la connaît. C'est une femme de rigueur. Elle aussi aime la nature et les voyages. En 1998, elle a parcouru l'Amérique de l'Ouest jusqu'au Canada, seule, dans un mini-van, couchant tantôt dans la voiture, tantôt au motel, mais le plus souvent sous la tente. Tout ceci ne serait rien si elle n'était, comme son mari, un grand cœur. Sa bonté est naturelle.

Vous l'avez compris, j'ai vécu avec Brenda et Ray près de cinq jours qui vont beaucoup compter dans le voyage, et dans ma vie.

Je les ai quittés à regret pour aller partager à SANTA CRUZ, l'espace de temps d'une étape, la vie d'une autre famille qui m'a accueilli avec beaucoup d'amitié et de simplicité: Carol et Murray Walker, leur fille Kim et un jeune voisin sympathique, Rogan. J'aurai peut-être le temps de vous en reparler plus longuement. Dans l'immédiat, à un jour de l'arrivée, avouez que je ne suis pas malheureux de vivre des moments si riches.

So far, so good.

3 Comments:

Anonymous Anonyme said...

Cher Bernard,

Si je ne t'ai pas beaucoup envoye de commentaires, je n'en ai pas moins suivi ton recit de jour en jour.
J'ai hate que tu sois de retour a Jurancon pour que nous puissions en parler.
Bonne fin de "trip" et bon retour.
Philippe Meyer

8:00 AM  
Anonymous J de J said...

De retour d'un périple de 2 semaines en Bretagne en chambres d'hôtes, nous voici de retour. Ravi de voir que que le récit de ton voyage a repris, que tu es en bonne santé quoique peu épais, que le hasard continue de bien faire les choses en mettant sur ton chemin de charmants specimens de la gent féminine américaine. La répétition du hasard excluant le hasard....H arrive bientôt... je l'accompagne to the airport jeudi matin. A bientôt!

9:39 AM  
Anonymous Michel Dudouët said...

Cher Bernard

Quelles belles aventure.

Quel courage; tu as sû aller au bout de tes rêves.

Ton voyage m'a souvent fait penser à mon premier en auto stop il y a déjà trente cinq ans en partant de NEW YORK pour arriver à SAN FRANSICO via MEXICO. J'y retrouve certaines similitudes en lisant tout tes récits.

Tu me rappeles aussi une chose à ne pas faire à l'entréee sud du Golden Bridge: faire du stop !!!!

Heureusement un véhicule s'est rapidement arrêté pour me prendre, à la vue de mon petit drapeau noir et blanc sur mon sac. Il m' a invité chez lui pendant plusieurs jours pour mieux découvrir la ville.

Pour ton information c'était le Président de l'Amicale des Bretons de San Fransisco.....

Tout çà pour dire que c'est la magie des rencontres, mais il faut faire le choix d'être seul. Je crois que tu auras beaucoup de choses à nous raconter.

A très bientôt

Michel

7:59 AM  

Enregistrer un commentaire

<< Home